Concours 2013

2e prix

NOMAD YO

nomad-yo

Production et commercialisation de produits frais fermentés à base de végétaux

Christophe Favrot, 47 ans, est ingénieur agronome diplômé à l’ENSA de Rennes et Docteur en microbiologie. Successivement chargé de recherche pour l’INRA, créateur d’une entreprise de production artisanale de yaourts et Directeur R&D en panification pour Panavi, M. Favrot est aujourd’hui porteur d’un nouveau projet de création d’entreprise.

Le process mis au point par le créateur utilise la fermentation de végétaux pour l’obtention d’un produit crémeux du type yaourt, sans aucun additif, et dont la DLC est d’un mois à température ambiante. Ce procédé de fabrication est protégé par un brevet.
Le produit 100 % végétal est certifié AB.

Différentes graines sans gluten sont ainsi transformées : riz, sarrasin, millet. Huit références sont commercialisées à ce jour :

- Riz nature,                                                                  - Riz demi complet et ortie,
- Riz demi complet nature,                                            - Riz mentholé,
- Riz douceur,                                                                - Sarrazin au miel,
- Riz  et Fleurs ou fruits frais et sauvages,                    - Millet.

Cette gamme est disponible en conditionnement verre de 370g pour un prix de 2 € l'unité.

La particularité de cette entreprise est d’assurer le développement de sa production par la création de micro-yaourteries installées sur l'ensemble du territoire national. Ce concept évitera un investissement unique trop lourd et favorisera la création d’un réseau de producteurs, riche en retour d’expérience et d'innovations.

A moyen terme, l’objectif de Nomad yo est de prendre 10 % du marché des spécialités végétales fermentées, soit 3 000 tonnes de produit finis. Ce volume correspond à la capacité de production de 200 micro-yaourteries.

La commercialisation a débuté fin 2012 dans les Biocoop, à proximité de la zone de production. En juillet 2013, le volume commercialisé atteignait 1500 yaourts par mois.
La stratégie de développement combine la multiplication des points de production et l'implantation aux abords des grandes agglomérations. L’objectif est d’atteindre 6 000 unités vendues par atelier et par mois. Ce volume permet à un entrepreneur de s’assurer un revenu minimum. La création d’emplois est directement liée aux ouvertures de micro-yaourteries soit une création d’emploi, minimum, par site. Ce modèle de développement permet donc d’assurer l'autofinancement de chaque emploi créé.

Le premier exercice devrait se clôturer avec un chiffre d’affaires de 60 000 €, pour ensuite passer à 67 000 € en année 2 et 75 000 € en année 3.
Ces chiffres sont donnés pour la micro-yaourterie initiale, et ne comprennent pas les développements parallèles d’autres unités de production.